12 December 2018,
 0

Votre courtier vous donnera des détails sur l’assurance invalidité à votre guise.

NE SOYEZ PAS VICTIME D’UN OUBLI !

Aussi citée en tant qu’assurance salaire, cette assurance compense vos revenus perdus lorsqu’une maladie ou un accident vous afflige et diminue vos capacités pendant un temps.

Un lexique ainsi que des caractéristiques lui sont tous propres.

Pour s’y retrouver, vaut mieux demander à un professionnel en la matière son avis.

Que vous penchiez vers l’assurance invalidité collective (si votre employeur vous l’offre) ou individuelle, des guets-apens se dressent le long de la route.

Avec l’assistance gratuite d’un de nos partenaires (tous des courtiers en assurances et des assureurs directs), vous obtiendrez les réponses voulues à vos questions.

Mais ne n’est pas tout !

En remplissant ce bref formulaire, vous découvrirez rapidement 1 soumission en assurance invalidité de courtiers en assurances partenaires de votre région. Le tout sans obligation et gratuit !

Trouvez la meilleure assurance invalidité au Québec avec un courtier partenaire.

 

 

Ciblez l’assurance invalidité qu’il vous faut en posant ces questions à votre courtier

Se retrouver invalide signifie devenir incapable de remplir ses fonctions journalières au sein de votre travail, le tout occasionné par une blessure ou une maladie.

Toutefois, cette définition fluctue selon l’assureur.

Voyons ici 2 exemples de définitions qui influent énormément le destin de gens blessés ou malades :

  • Se trouver dans l’incapacité de mener à bien les tâches prévues par son employeur (pour lesquelles la personne possède les qualifications) ou celles que l’employeur juge que la personne peut accomplir en devenant qualifiée en vertu de son expérience, son éducation ou sa formation.
  • Se retrouver dans l’incapacité à s’acquitter de l’ensemble des tâches reliées à son emploi normal.

Votre assureur possède les détails de votre entente, informez-vous auprès de lui pour découvrir votre couverture exacte.

 

6 QUESTIONS QUI MÉRITENT VOTRE PLUS GRAND INTÉRÊT

Écartez ces sujets, c’est l’équivalent de se jeter dans la fosse aux lions !

Lisez attentivement ces questions pour bien vous engager sur la voie de l’assurance invalidité :

  1. Devez-vous priser un délai de carence court ou long ?
  2. Les bienfaits de l’assurance de longue durée sont-ils avantageux ?
  3. Est-ce vrai que les assureurs influencent les taux d’intérêt pour s’en mettre plein les poches ?
  4. Qui a droit aux prestations gouvernementales en invalidité ?
  5. Comment se passe l’imposition des versements reçus de la part de la compagnie d’assurances ?
  6. Et finalement, quelles mesures sont à votre disposition pour contester un refus de la part de votre assureur ?

 

Délai de carence — -> les secrets

Les secrets que l’on retrouve avec le délai de carence en assurance invalidité.

Court ou long, telle est la question.

L’assurance invalidité (personnelle ou collective) compte d’ordinaire un délai de carence. La durée de ce délai dépend de votre contrat signé.

Le délai de carence désigne l’attente nécessaire avant de recevoir votre indemnisation après l’annonce de votre invalidité.

Vous pouvez bénéficier de congé de maladie si l’employeur vous en alloue durant ce délai.

Contactez un assureur ou votre courtier afin d’évaluer les meilleures conditions et périodes concernant le délai de carence pour vous.

 

Prendre une assurance salaire à courte ou à longue durée ?

L’assurance salaire doit-elle être prise à longue ou courte durée ?

Est-ce trop dispendieux d’obtenir cette protection pour une durée prolongée ?

Pas nécessairement. Cela dépend de plusieurs facteurs.

Votre contrat détermine la durée de l’assurance invalidité (de longue durée). Quelquefois, cela se calcule en fonction d’un pourcentage de vos revenus usuels.

Cette longue durée peut s’étirer quelquefois jusqu’à vos 65 ans, contrairement à un terme plus petit pour celle de courte durée.

Lorsque les indemnités prévues pour l’assurance-emploi et l’assurance invalidité (de courte durée) cessent, elle entre en fonction.

Votre courtier saura mieux déterminer avec vous la durée qu’il vous faut.

 

Comment aborder les taux d’intérêt avec votre courtier ?

L’assurance invalidité collective doit tenir compte de taux d’intérêt qui changent toujours.

L’assurance salaire collective évolue.

Les assureurs sont contraints par la loi à maintenir une réserve visant à garantir le déboursement jusqu’à la toute fin des réclamations pour les gens invalides.

Ainsi, plus cet argent en réserve fournit des dividendes, moins l’assureur nécessite de capitaux à investir.

Lors de bas taux d’intérêt, la compagnie doit en garder plus de côté du fait que ces fonds « travaillent » moins.

L’inverse se produit aussi.

Le marché connaît récemment une élévation des taux d’intérêt. Malheureusement, on peut constater que certains assureurs négligent volontairement d’abaisser ces taux afin de gérer cette hausse.

Vérifiez si votre courtier en assurance salaire (collective) connaît bien ces alternatives qui peuvent changer la donne pour vous en matière de montants.

 

À qui la chance de recevoir l’aide du Gouvernement ?

Le Régime de rentes du Québec peut aider pour votre assurance invalidité sous certaines conditions.

Cotisiez-vous au Régime de rentes du Québec ?

Vous devez avoir assez participé au Régime de Rentes du Québec pour l’obtenir.

Retraite Québec doit reconnaître votre invalidité comme permanente et grave si vous avez 65 ans et moins.

La rente maximale d’invalidité par mois en 2018 (au 4 décembre) peut s’élever à 1335,80 $.

Un montant (de base) élevé à 485,17 $ en fait partie, en plus d’une somme variable évaluée selon les revenus au travail retrouvés sous le nom de l’individu inscrit au Régime de Rentes du Québec.

Pour bien comprendre toutes les caractéristiques de cette aide gouvernementale, rendez-vous sur le site du Gouvernement du Québec.

 

Impôts et versements, font-ils bon ménage ?

L’invalidité, selon votre entente, vous donnera des prestations libres d’impôt ou non. Tout dépend d’une seule chose…

Si votre association, syndicat ou employeur débourse une portion de l’assurance.

Dans ce cas, de l’impôt vous sera d’ordinaire demandé sur les sommes empochées durant votre invalidité.

Dans le cas contraire, si vous avez déboursé à 100 % votre assurance, l’imposition ne devrait pas vous toucher pour les sommes empochées pendant l’invalidité.

Parlez-en avec votre courtier pour en apprendre plus sur la portion d’impôt que vous aurez à payer ou non si vous tombez invalide.

 

Ils disent non… Qu’est-ce qui se passe ensuite ?

Même si l’assureur dit non, n’abandonnez pas aussitôt pour votre assurance invalidité.

Ne quittez pas le ring abattu !

Dans le cas où votre assureur s’opposerait à vous verser des prestations que vous jugez vôtres, optez d’abord de solutionner le tout avec lui.

Par la suite, si rien ne se règle et qu’il ne reconnaît pas ses torts, contactez l’Autorité des marchés financiers pour y formuler une plainte par le biais d’un agent au Centre d’information.

Évitez ces problèmes en concevant la meilleure assurance invalidité avec l’aide d’un courtier ou d’un assureur direct.

 

Quelques détails supplémentaires. Saviez-vous que…

  • Une assurance collective ne couvre que 60 à 70 % de vos revenus, ainsi, pour compenser la différence, de multiples salariés se procurent une ou plusieurs assurances privées.
  • Souscrivez à ce genre de police le plus tôt possible. Cette couverture importe fortement pour quelqu’un qui assume des obligations familiales et budgétaires considérables telles un prêt hypothécaire ou une jeune famille.
  • Lors d’une réclamation, le délai de carence entre en ligne de compte. Vous recevez ainsi (par mois) des prestations qui débutent entre approximativement 30 à 120 journées une fois l’invalidité déclarée. Un délai plus bref génère une hausse de prime.
  • Certains assureurs prévoient une invalidité partielle. D’autres, exigent, pour devenir admissible, que l’assuré devienne incapable d’effectuer son travail habituel à cause d’une maladie ou d’une blessure ou un autre emploi avec rémunération.
  • Certaines personnes décident d’acquérir une protection (personnelle) égalant 80 % de leur salaire brut, ce qui les couvre amplement, car l’impôt ne les affecte pas.

 

ÉPARGNEZ MAINTENANT !

Plusieurs détails sont là pour simplifier et clarifier l’assurance invalidité.

 

Trouvez la solution en assurance invalidité avec un outil GRATUIT et efficace

La plateforme web gratuite de « Soumissions Assurances » vous rendra de fiers services !

Trouvez, en un tournemain 1 soumissions de qualité pour de l’assurance invalidité ou autre !

Un de nos partenaires courtiers en assurance vie étudiera vos besoins à l’aide des données que vous entrerez dans le bref formulaire. Une fois celui-ci rempli, vous recevrez bientôt une solutions !

Cet outil ne réclame aucune obligation de votre part !

 

LAISSEZ-NOUS TROUVER LE MEILLEUR RAPPORT QUALITÉ/PRIX POUR VOUS

  • Assurance vie permanente
  • Assurance vie temporaire
  • Assurance vie entière
  • Assurance vie universelle

RECEVEZ LA MEILLEURE OFFRE D’ASSURANCE VIE DE NOS ASSUREURS

  • RECEVEZ UNE SOUMISSION D’ASSURANCE VIE GRATUITE D'UN DE NOS PARTENAIRES EN ASSURANCE